Une « prime chaleur » de 460 euros brut par mois pour les salariés d’une entreprise d’isolation en Vaucluse

À Orange, les salariés de l’entreprise Everest Isolation ont eu la bonne surprise de recevoir une « prime chaleur » de 20 euros brut par jour, une sorte de coup de pouce alors que, sous les toits, les températures peuvent vite monter.

En pleine journée, sous les combles, le thermomètre peut vite s’affoler et atteindre les 60 degrés. Une température étouffante pendant laquelle il faut bien travailler, avec sa combinaison. Tel est le quotidien des salariés de l’entreprise Everest Isolation. Eux, pourtant, ont de quoi se réjouir, pendant tout l’été, ils reçoivent une prime de 20 euros brut par jour, pour les aider à traverser l’été

« Venir travailler sous un toit par 60° C, il faut vraiment le vouloir. » Philippe Million, dirigeant de l’entreprise

« La chaleur reste enfermée dans la toiture avec la laine de verre, cela peut très vite monter, témoigne Hugo Amouroux, jeune employé de l’entreprise. C’est sûr que quand on sait qu’on a une prime, ça nous motive ! »

Un geste qualifié de « normal » par le dirigeant et fondateur de l’entreprise, Philippe Million : « Ça fait partie de la reconnaissance de l’entreprise pour son salarié. C’est une manière de dire « les gars, il fait chaud, on le sait, on vous donne un petit plus. » Ça permet de faire passer la pilule. »

Une prime versée tout l’été, et qui sera renouvelée dès le 15 juin prochain, quelles que soient les températures. 

Une stratégie qui va plus loin que la « prime chaleur »

Mais cette prime n’est pas le seul avantage dont bénéficient les salariés : des gilets réfrigérants, des fruits frais à disposition, des voitures électriques à louer, des cours de yoga, des voyages d’entreprise à l’autre bout du monde sont même organisés. « On veut avoir des personnes qui sont heureuses de venir travailler ici le matin, témoigne Philippe Million. Être dans une ambiance détendue, où chacun peut s’investir et être créatif, c’est aussi le meilleur moyen de faire du chiffre d’affaires. »

Et les chiffres suivent, une croissance à deux chiffres et un taux d’absentéisme de deux jours par an, contre une moyenne de 17 en France.